A.B. Productions

A vingt ans, les actrices de A.B. Productions évoluaient dans de fausses cafétérias de fac en contre-plaqué et discutaient des heures durant sur des lits roses métalliques de chambres étudiantes irréalistes.  

A cinquante ans, elles se déplacent dans des décors de stations balnéaires non identifiées, leurs dialogues sont restés les mêmes et leurs visages n’ont pas d’âge. Les garçons de la bande sont de vieux adolescents grisonnants en bermuda et chemise en jean toujours dépassés par les manigances des protagonistes féminins. Au cours des trente années de feuilletons, tous les couples ont été envisagés, chaque personnage a été l’amant ou la maitresse de l’un ou de l’autre, toutes les combinaisons ont eu lieu. 

Aujourd’hui, les héros et héroïnes de la série ne font rien de spécial, vivent des vacances sans fin, tiennent des food-trucks sur la plage, fabriquent des bijoux artisanaux ou se disputent dans des bungalows donnant sur la mer.

Parfois, ils se font kidnapper contre rançon, sont sous l’influence de gourous hypnotiques ou tentent d’éclaircir des enquêtes nébuleuses sans l’aide de la police municipale.

Depuis trente ans, Hélène et ses garçons vivent dans un monde parallèle qui ressemble à un grand camp de colonie de vacances où régnerait une ambiance un peu inquiétante de cousinade incestueuse sans fin.