Hyper / Nuit

J’entre dans un champ

léger le vent sur l’herbe

chante dans un écho

Hyper/Nuit

Hyper/Nuit.

Alors j’y danse

sans même le vouloir.

Hyper/Nuit

Hyper/Nuit.

Et c’est doux

tout ce cinéma

dans les hanches

et c’est tendre

aimer sur une mélodie

ne sachant tout à fait pas encore

quelle sera la nuit

ni quelles en seront ses présences

et peu importe

l’instant seul tient ses promesses

l’instant nous tiendra

l’instant nous tient

Hyper/Nuit

Hyper/Nuit

Je tangue, te séduis

et te regarde me regarder

et tout autour disparait

légèrement balayé par le vent

Hyper/Nuit

Hyper/Nuit.

Ne plus savoir

ce qui s’évade.

Seul l’horizon bouge

en Hyper/Nuit

et voilà que je rate la sortie

et une station plus tard

je descends

sans m’étonner du vent léger

qui soulève mes cheveux au ciel

comme si nous étions la chanson

un peu.