Le rocher des ongles

Ce serait écrit tout au bord

du rocher des ongles

tout au bord…

Ce serait une moitié de mensonge

qui s’échafaude comme

un monologue

à l’odeur d’arbre

où les pommes de l’année dernière

pourrissent…

Ce serait perdu à partir

de mes lèvres

aussi risibles qu’un bonnet

de bain

juste avant le plongeoir…

Ce serait une petite place

de province

et à des hauteurs vertigineuses

un pont métallique

la regarde

La regarde jusqu’à ce que

les lignes de fuite

repartent en sens inverse

juste en face d’une gare

plus qu’un immense dépôt

de locomotives rouillées

et tout ça à perte de vue

Juste en face…

Ce serait le souvenir d’un ange

qui rêve d’embrasser

la première peau en sueur

du printemps

alors qu’un peu partout

chacun dans sa chacune

le monde referme ses chakras

en tirant le premier vin

de l’automne…