Nous faisons tous des erreurs

Cet été-là, nous sommes en 1995

et ce sont parfois

les petites histoires

qui nous touchent le plus

Il y a toujours une fille

qui vous explique

comment fabriquer des amours

de vacances infinies

afin de retrouver un peu

d’arithmétique

dans les sentiments

Oh nous faisons tous

des erreurs

Sous le soleil nous ne voyons jamais

l’orage qui s’amène

et il y a toujours une fille

pour chanter un refrain fort

des chants honnêtes

où elle te prévient

n’empêche

que si tu l’emmerdes encore

avec tes bisettes papillon

elle te piétine

jusqu’à Vierzon

parce que ça te coûtera moins cher

que d’aller aux Bahamas

et que d’abord

c’est plus joli…

Cet été-là nous sommes en 2002

et Lionel Jospin se retire

de la vie politique

pendant que mon père

fait glisser sa faux

dans les orties

de la gauche de gouvernement

avec un bruit de mort

joyeuse

Oh nous faisons tous

des erreurs

Sous le soleil nous ne voyons jamais

l’orage qui s’amène

et il y a toujours un vieux cacique

du PS pour vous balancer

en pleine gueule :

« jeune trompette non mais où

vous croyez-vous ?

Et puis si vous avez

des haricots magiques

qu’attendez-vous pour les planter ? »

Notre voisin à la ferme

est prof

et oui après ses trois verres

de piquette réglementaire

il se souvient :

La première femme de sa vie

alors il l’a embrassée

près d’un épandeur à fumier

Chaque matin il s’écrie

en sortant du bistrot :

« Au revoir, bande de bouseux,

l’échec scolaire

m’appelle… »

Cet été-là nous sommes en 2019

et c’est bientôt l’heure

d’enfermer nos fantasmes

dans le petit truc à fromage

Il y a toujours trois

ou quatre fils de famille

dans ce bar de la rue

de Charonne –

décidément Paris la nuit

plus ça bouge

et moins les êtres

et les choses ne changent –

et les serveurs ont beau t’appeler

encore « Ben »

comme en 1995

n’empêche

tout le monde

semble avoir oublié

que Philippe Zdar, le magnifique

qui vient de mourir

a été le premier

à replacer la France sur la carte

de la musique électronique

N’empêche

Oh nous faisons tous

des erreurs

Sous la lune nous ne voyons jamais

l’orage qui s’amène

et il y a toujours une fille

malgré son visage silencieux

pour aimer l’un de ces trois

ou quatre fils de famille

et même que la pluie

n’y peut rien…