PRIERE DE BIEN VOULOIR DECEDER PLUS TARD

Fabien travaille dans une collectivité.

Depuis longtemps.

Peut-être trop longtemps.

Fabien est pourtant loin de tout savoir.

D’autant qu’il est modeste.

Et puis tout change tout le temps.

Alors qu’en fait, il lui semble que rien ne change.

Jamais.

Tout est si lent.

Et tout revient.

Tout le temps.

Par exemple la dernière fois lorsque Martine est morte, ça a été la panique.

Alors qu’objectivement pour le défunt paniquer est totalement inutile.

Mais il se trouve qu’elle est décédée durant l’été.

Et l’été, il faudrait que rien ne se passe parce que jamais personne ne sait comment les choses doivent se passer puisqu’il manque la moitié du personnel et que curieusement c’est toujours la moitié qui manque qui sait.

Surtout en août.

Et donc, pour le décès de Martine à la veille du 15 aout à croire qu’elle le fait exprès, il a fallu chercher partout la procédure.

Qu’on a fini par trouver.

Mais c’était chaud.

Enfin si on peut dire.

Et aujourd’hui voilà que ça recommence.

Sylvie, du service urbanisme appelle Fabien.

Patrice est mort. Et comment on fait ? Quelle est la procédure parce qu’à l’urbanisme on a nos procédures mais Patrice lui, était à la cohésion sociale. Et l’urbanisme et la cohésion sociale ça n’a rien à voir et c’est même pas dans le même bâtiment.

Et il est bientôt 18h et Sylvie n’a pas envie de s’emmerder avec ça, après tout elle ne travaille pas à la cohésion sociale mais à l’urbanisme et d’ailleurs pourquoi elle récupère ce truc alors qu’elle n’a rien demandé ?!!?! tout ça parce qu’elle s’appelle Lopez comme le Lopez de la cohésion sociale sauf que c’est un homme et qu’elle est une femme les gens pourraient quand même faire attention mais c’est toujours pareil : ceux qui en font le moins ne sont jamais emmerdés, eux. 

18h05.

Fabien réfléchit.

Fabien envoie un mail à tous.

Afin d’être conforme avec la procédure, merci de ne pas décéder ni durant l’été, ni après 18h00.

Sophie répond

ni entre midi et deux.

Martine pleure devant son écran. Elle écrit qu’elle fera circuler une enveloppe pour tous ceux qui aimaient Patrice.

Dans les services, on s’énerve des messages répondre à tous.

Comme si on avait que ça à faire.